MC.ERISIUM.COM

JOUER

joueurs connectés

BOUTIQUE

Un UHC pas comme les autres il y a 3 semaines par Ewilaan


Temps de lecture : 3min


C’est par le bruit strident et rebutant de mon réveil que je sors de sommeil, après une nuit bien trop reposante. J’ouvre peu à peu mes yeux malgré le soleil qui me saisit le visage. Je sors de mon lit, et me dirige vers ma cuisine. Aujourd’hui est une grande journée, je vais très certainement prendre la première place du classement UHC d’Erisium. Je suis donc très pressé, et je ne dois pas perdre de temps. Mon lieu de travail se situe à 10 minutes de chez moi. J’habite au centre-ville du serveur, c’est plutôt pratique. D’après mes collègues joueurs, je suis un profiteur. C’est peut-être vrai… Etant deuxième du classement, j’ai le droit à un logement de fonction. Quoi qu’il en soit, je ne dois pas perdre une seule minute. Je m’empresse de partir.



J’emprunte le chemin habituel, entre autre quelques rues très empruntées par les navetteurs quotidiens, mais aussi des ruelles très étroites, me permettant de gagner de précieuses minutes de jeu. Mon rituel est de m’arrêter dans un café avant de rejoindre mon travail ! Mais lorsque je m’apprête à rejoindre la seconde ruelle, le ciel s’assombrit subitement. Ce n’était pas prévu pourtant, quelle idée, je vais être trempé. Je me dépêche, et ne perds pas de temps, j’arrive au bout de la ruelle… Mais elle est bloquée. Entre hier soir et ce matin, on aurait construit un mur ? C’est improbable, je… je ne comprends pas. Tout à coup, le sol commence à trembler. Le sol s’effondre. “Mais que se passe t-il ?” Suis-je en train de mourir ? Suis-je perdu ? J’arrive sur une plateforme. Je suis enfermé dans une cage en verre, je ne comprends pas. En dessous, c’est…c’est... le vide. Je tape tant bien que mal à la vitre, mais personne ne répond, et personne ne me regarde.

Tout à coup, une personne s’exprime, à l’aide d’un microphone. C’est une voix… masculine je dirais. J’essaye d’entendre, bien que le son soit presque inaudible. “La partie va débuter, préparez-vous”. Mais quelle partie ? Je n’ai rien demandé ! Je suis téléporté à une position. “Vous êtes villageois. Vous devrez tenter de survivre.”

Mais que dois-je faire ? Me défendre ? Comment survivre ? Un homme s’approche. Je me retourne. Je tente de le regarder, malgré que je sois totalement perdu. C’est un vieil homme, il marche avec.. une canne. “Bonjour, je suis Pierre, un villageois. Si vous voulez survivre, nous devons nous entraider.” L’homme commence à marcher, je me décide à le suivre. Je ne sais pas quoi faire d’autre, de toute façon. Nous avançons depuis maintenant quelques minutes, j’aperçois quelques habitations, certainement un village. “Il faut trouver un endroit suffisant à l’écart pour nous mettre à l’abri, surtout la nuit. Ils vont venir nous tuer.” Mais qui sont ces ils ? Je suis totalement perdu. Il me montre un endroit pour me cacher. Je retourne vagabonder dans le village, tout en essayant d’écouter les conversations. “C’est toi le loup garou, tu dois partir !” crie un habitant, en pointant du doigt un autre villageois. “Ou c’est peut-être toi, tu essayes de paraître innocent !” Il vient de me regarder. Que dois-je faire. J’ai exactement deux secondes pour réfléchir. “Je suis un simple villageois, pourquoi m’accuser ? Vous perdez votre temps.” L’homme détourne le regard. La nuit commence à tomber, je retourne dans la petite habitation que m’a gentiment montré le vieil homme. “La nuit tombe. Les villageois dorment. Les loups vont se réveiller.” J’entends divers bruits malgré cette nuit profonde. Des habitants marchent dans les ruelles du village. Je me recroqueville sur moi-même.



Le soleil commence à se lever. “Le village se réveille, les habitants peuvent sortir. Un habitant nous a quitté, c’était une sorcière.” Je tente de me réveiller malgré cette nuit courte et peu reposante. Je retrouve le vieil homme, il m’attendait devant la porte. “Il faut rester discret, c’est très important.” m’explique t-il. Un objet très imposant flotte au dessus du puit du village. Je me presse d’aller le chercher. Je l’attrape malgré ma petite taille : Il s’agit d’une épée en bois. Elle me sera peut-être utile. Lorsque je me retourne, une jeune femme est accolée à un arbre, elle me fixe. “Pourquoi es-tu allé chercher l’épée ? Tu es un loup-garou, c’est cela ?” Je suis bloqué. Je n’arrive pas à répondre. Rien ne veut sortir de ma bouche. Je suis comme figé.

La jeune femme détourne son attention. J’en profite pour retourner à mon logis. Le vieil homme est toujours là, assis sur son vieux voltaire, on aurait dit celui qui trône au centre de la salle à manger de ma grand-mère... Le village est très calme. Peu de personnes sont présentes. Ce dernier est composé d’une dizaine de maisons, toutes en bois. La plupart des meubles sont vétustes. Les peintures et les toitures ont été totalement défraîchies avec le temps. Il est 12h. Le clocher annonce le début du vote quotidien. Il faut en effet éliminer un loup-garou. Le vieil homme m’a expliqué le fonctionnement de ce monde… pas des moins étrange. Tous les habitants sont regroupés au centre. Je me mets en retrait. Quelqu’un s’exprime, je tente d’écouter malgré le brouhaha. “Je propose d’éliminer cette personne.” L’individu montre du doigt la jeune femme que j’ai rencontré à l’aube, près du puit. Le vieil homme prend la parole. “Je suis votre vote.” Les votes s’enchaînent. La jeune femme va très certainement être éliminée. “Plus que 30 secondes.” s’exclame une personne au microphone. Je prends la parole. “Je vote aussi contre elle”. Les autres habitants restent étonnement silencieux. Les cloches de l’église du village sonnent la fin du vote. Le ciel s'assombrit. De nombreux éclairs touchent le sol. Un d’eux touche la jeune femme. Elle est définitivement éliminée. La fin de journée se déroule tranquillement. Je découvre peu à peu le village. Je rejoins ma chambre avec envie. Je suis épuisé. “La journée s’achève, les villageois s’endorment. Les loups garous se réveillent.” Le ciel s’assombrit. J’entends des craquements, des craquements qui proviennent des escaliers. Une personne monte l’escalier. J’aperçois un visage. C’est le vieil homme. Il s’approche doucement. Il a un poignard à la main. “Je suis désolé. Je suis un loup-garou.”



Je me réveille en sursaut. Je ne sais plus où je suis. Je suis encore dans mon lit. Au même endroit que la veille… Je regarde mon horloge. Il est 3h. Il s’agissait d’un simple cauchemar.



Rédigé par Ewilaan
Design par Obeyeur

Profil

Ewilaan

Rédacteur